Conférence Programmez ! DevCon #1 « Après-midi Windows 10 IoT »

Venez découvrir Windows 10 IoT, un Windows dédié aux objets connectés et au Raspberry Pi. Vous saurez tout sur l’architecture, le développement, le déploiement d’une app pour IoT et découvrir le back-end IoT ! Plus d'informations.

Bercy réclame 1,6 milliards d'euros à Google

Par:
fredericmazue

jeu, 25/02/2016 - 14:42

Welcome in Paris. Please pay us 1,6 billions euros as a tax :-) C'est en gros ce que c'est entendu dire Sundar Pinchai, le CEO de Google, en visite dans la capitale. Il est venu s'exprimer hier devant les étudiants de Science Po, avant de rencontrer le ministre de l'Economie Emmanuel Macron.

Interrogé sur la fiscalité par les étudiants, Sundar Pinchai avait répondu "Nous sommes un groupe mondial et nous nous conformons aux lois fiscales partout, et nous le faisons dans tous les pays". Sans savoir encore ce qui l'attendait.

Manifestement Bercy n'est pas du même avis et réclame au géant de l'Internet 1,6 milliards d'arriérés d'impôts.

D'après les chiffres officiels Google France a réalisé 12,2 millions d’euros de bénéfice en 2014 pour 225 millions d’euros de chiffre d’affaires,  employant environ 700 personnes. Ce bénéfice n'est donc que de 5% par rapport à son chiffre d’affaires. Alors que le groupe réalise en moyenne 25% de bénéfices sur son chiffre d'affaires. Pour Bercy c'est clair, la déclaration de revenus de Google est un peu trop 'optimisée'. Le montant d'arriérés réclamé étant loin du chiffre d'affaires, il est clair que Bercy estime que Google fraude massivement. Au début du mois l'administration avait indiqué que le montant des arriérés ne serait pas négocié, contrairement à ce qui a été fait récemment par le gouvernement britannique. Mais il était alors question de 500 millions seulement, selon les sources.

Le montant est donc changé, et l'intransigeance peut-être aussi. Bercy ne commente pas officiellement, se retranchant derrière le secret fiscal. Mais une source au sein de l'administration fiscale a confié à l'AFP : Cela ne veut pas dire que Google va payer au bout du compte 1,6 milliard. Il va y avoir des recours, et peut-être au bout du bout une négociation, notamment sur les pénalités.