Panne sur les abonnements Programmez!

Les informations relatives aux abonnements et les accès aux archives PDF liés aux abonnements papier ne fonctionnent plus depuis plusieurs jours dans les comptes utilisateur sur notre site. Comme vous l'avez constaté, ou lu dans les medias, de nombreux éditeurs de presse connaissent une situation similaire. Cette situation est due à une panne informatique de grande ampleur chez le Groupe GLI, la société qui gère nos abonnements papier. Cette panne générale a fait tomber les bases de données et les API Web, empêchant toute connexion entre le site de Programmez! et la base des abonnés située chez notre prestataire. Cette situation dure depuis dimanche soir. Programmez! n'est pas le seul magazine concerné par cette défaillance. Nous essayons d'avoir des informations plus précises de la part du groupe GLI. Nous vous tiendrons informés de l'évolution de la situation.

Tout fonctionne normalement en ce qui concerne les abonnements PDF et les accès aux archives PDF liés, ceux-ci étant gérés par notre site seul.

En dépit de ce problème, toutes les commandes de nouveaux abonnements ou de réabonnements passées sur notre site seront traitées et honorées normalement.

Programmez! a toutefois su reconstituer sa base abonnés quasi intégralement. Programmez! 198 sera expédié normalement à la fin de ce moi de juin. Un envoi supplémentaire pour les abonnés non livrés sera fait dès que GLI aura restauré son système.

Chiffrement : les backdoors de Nathalie Kosciusko-Morizet ne verront pas le jour

Par:
fredericmazue

jeu, 14/01/2016 - 14:27

Le projet de loi pour la République numérique d'Axelle Lemaire est examiné cette semaine à l'Assemblée nationale.

Plus de 430 amendements à cette loi ont été déposés, dont un, le CL92 de Nathalie Kosciusko-Morizet, a suscité moult controverses.

NKM souhaitait que tous les fabricants de matériel incorporent des backdoors dans leurs produits.

Les constructeurs de matériel doivent prendre en compte dans leurs constructions la nécessité de donner aux forces de l’ordre, dans le cadre d’une enquête judiciaire et après autorisation d’un juge, l’accès aux matériels. [...] L’objectif est d’éviter que des systèmes de cryptage individualisés ne retardent la poursuite d’une enquête.

Cependant, au nom du gouvernement, la secrétaire d'État au numérique Axelle Lemaire, qui s'était déjà dite favorable au droit au chiffrement,  a fait rejeter l'amendement de NKM :

"Ce que vous proposez c’est une vulnérabilité by design. C’est inapproprié. D’abord parce que ce n’est pas l’objet de la loi. Ensuite parce que le texte confère une nouvelle mission à la CNIL, qui est la promotion du chiffrement. Enfin parce que l’actualité récente montre à quel point le fait d’introduire des failles délibérément à la demande — voire parfois sans le savoir  — des agences de renseignement a un effet qui est de nuire à l’ensemble de la communauté ".