IBM FRANCE

Les environnements informatiques sont fondamentalement hétérogènes par nature d’abord parce que les capteurs et sources d’...

Lire la suite

86% des grandes entreprises françaises voient les wearable devices d'un bon oeil

Par:
fredericmazue

lun, 02/03/2015 - 15:15

Trend Micro a consacré une tétude aux « wearable devices », ces objets connectés que l’on porte sur soi. Cette enquête, menée par le cabinet Vanson Bourne, se penche sur la position des grandes entreprises vis-à-vis de ces dispositifs, leur perception des risques inhérents à leur utilisation sur le lieu de travail et les solutions envisagées.

Les wearable devices sont les bienvenus dans les entreprises françaises

D’après cette étude, les collaborateurs amèneraient déjà des wearable devices sur leur lieu de travail dans plus de 9 entreprises françaises sur 10. Une tendance qui est attendue à la hausse sur les 12 prochains mois par deux tiers des responsables informatiques ayant fait ce constat.

Les entreprises adhèrent majoritairement à l’utilisation de ces dispositifs et vont même jusqu’à l’encourager dans 86 % des cas ! Elles sont encore plus nombreuses à s’être engagées dans des programmes impliquant des wearable devices ou à s’apprêter à le faire. Ces programmes ont principalement vocation à augmenter le bien-être au travail (54 %) et à améliorer la productivité des collaborateurs (51 %). Plus de la moitié sont également mis en place à la demande des assureurs (52 %).

Les équipements concernés sont en premier lieu les trackers d’activités, comme les bracelets Fitbit ou Nike+ FuelBand, et les montres connectées, ces deux catégories intéressant plus de la moitié des entreprises interrogées. A noter que les lunettes connectées, telles que les Google Glass, semblent beaucoup moins attractives, avec seulement 35 % des organisations intéressées.

Des risques avérés pour la sécurité des données

La quasi-totalité (99 %) des responsables informatiques interrogés considèrent que l’utilisation de wearable devices présente cependant des risques pour l’entreprise.

L’accès aux réseaux sociaux et aux boîtes mails personnelles, l’application la plus courante des wearable devices, est considéré par deux tiers des répondants comme la plus risquée pour la sécurité des données de l’entreprise. Données auxquelles la majorité des entreprises (59 %) autorise l’accès depuis un équipement personnel. En outre, près d’un quart des responsables informatiques interrogés admettent que leur entreprise a déjà été victime d’une faille de sécurité provenant d’un équipement mobile personnel, avec des conséquences alarmantes. En effet, dans la majorité des cas, des informations clients ont été accessibles (71 %) et des données confidentielles perdues (67 %) ! Des chiffres qui ne tiennent pas compte des incidents passés inaperçus.

Les équipements mobiles (smartphones, tablettes et ordinateurs portables) restent ainsi plus préoccupants pour deux tiers des responsables informatiques que les wearable devices.

Des problématiques de sécurité sont toutefois identifiées, notamment le manque de formation des utilisateurs, qui ne comprennent pas qu’un objet connecté puisse être infecté depuis leur ordinateur ou smartphone personnel. La synchronisation automatique des objets connectés avec les données de l’entreprises et la faiblesse de leur niveau de sécurité, qui en font une porte d‘entrée béante, sont également évoqués. A noter que les lunettes connectées sont considérées comme le plus risqué des wearable devices, ce qui explique peut-être que les entreprises s’y intéressent moins.

Malgré ces constats, moins de la moitié des responsables informatiques (47 %) s’inquiètent d’une éventuelle multiplication des wearable devices sur le lieu de travail.