Programmez! #240 est en kiosque

En raison de la situation de redressement judiciaire de Presstalis qui s'est superposée à la crise sanitaire covid-19, la sortie dans les kiosques de  Programmez! #240 a été profondément perturbée.

Mais ça y est, il arrive ! Vous le trouverez chez votre marchand de journaux ce mercredi 27 mai !

Il est malgré tout possible qu'il ait encore quelque jours de retard dans quelques régions.

Apple : 2 API à regarder et Catalyst

Par:
francoistonic

mar, 24/12/2019 - 12:28

Après avoir viré (presque) le 32-bit de macOS, la Pomme continue à faire un peu de ménage dans les API :

- UIWebView API est dépréciée. Les applications qui l’utilisent encore doivent migrer vers WKWebView, dès que possible dixit Apple. L’ancienne API sera acceptée jusqu’en avril 2020 pour les nouvelles soumissions d’app. La nouvelle API est supporté par iOS, macOS et Catalyst

- les prérequis pour la notarisation sera obligatoire dès le 3 février 2020. La notarisation est un mécanisme de sécurité de macOS jusqu’à présent optionnel. C’est un système de certification des apps.

Et le projet Catalyst ? Catalyst est là pour « fusionner » les codes des apps iOS, iPad et macOS et donc faciliter le partager sur l’ensemble des plateformes. Il faut avouer que les avis sont très divers sur cette nouvelle approche. John Gruber, bien connu dans la communauté Apple, n’est pas tendre avec Catalyst : une partie du problème est Catalyst lui-même, il ne semble pas encore être un cadre pour créer des applications Mac (proprement). L’autre problème que pointe John est le fait que beaucoup d’apps iOS utilisent une GUI non standard à iOS. Il évoque par exemple l’absence de support du multitâche sur l’écran partagé d’iPadOS. Ce qui rend parfois l’utilisation délicate sur iPad et imaginer un portage, via Catalyst, sur macOS sera donc plus compliqué car ce portage se fait avant tout si le projet de départ respecte les guidelines. Si ce n’est pas le cas, le développeur aura un gros travail de recodage et d’adaptation. 

Jack Wellborn pointe du doigt un élément tout bête : iOS et macOS sont fondamentalement différents. D’un côté, vous avez une GUI tactile et des interactions spécifiques, de l’autre, une GUI non tactile. La cohérence d’une app Mac ne ressemble donc pas à celle d’un app iOS. Vous aurez plus d’éléments à supporter et à respecter sur Mac que sur iOS, par exemple : les raccourcis, les contrôles / commandes de bases, la gestion des fenêtres. Autre exemple tout bête : sous Mac, il est naturel d’avoir 5 applications ouvertures et affichées sur l’écran. La logique application iOS n’est pas du tout la même.

Catalyst, tel qu’il est présenté, est là pour unifier les modèles applicatifs macOS et iOS, en réutilisant le maximum de codes et en proposant des couches techniques le plus proche possible. Mais attention, comme l’a monté Digital Trends, Catalyst n’est en rien une solution miracle, ni du low code. Le développeur aura un travail non négligeable à réaliser pour créer une app propre et cohérente.

source : https://tech.slashdot.org/story/19/12/20/1959227/state-of-apples-catalyst?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Slashdot%2Fslashdot+%28Slashdot%29

source 2 : https://wormsandviruses.com/2019/12/catalyst-and-cohesion/

source 3 : https://www.digitaltrends.com/computing/how-good-are-macos-catalina-project-catalyst-apps

François Tonic