Programmez! #240 est en kiosque

En raison de la situation de redressement judiciaire de Presstalis qui s'est superposée à la crise sanitaire covid-19, la sortie dans les kiosques de  Programmez! #240 a été profondément perturbée.

Mais ça y est, il arrive ! Vous le trouverez chez votre marchand de journaux ce mercredi 27 mai !

Il est malgré tout possible qu'il ait encore quelque jours de retard dans quelques régions.

Breakpoint#1 : Danger, Will Robinson

Par:
ftonic

mar, 13/08/2019 - 07:23

En qualité de développeurs, nous sommes habitués à être dans une certaine insécurité/instabilité technologique. C’est notre quotidien : changement de versions, nouveaux frameworks, fonctions ou API dépréciées, etc. Venant d’un éditeur ou d’une fondation, nous nous sommes résignés à cette situation. 

Mais quand la géopolitique vient jouer sur notre terrain, on peut être inquiet. La géopolitique et la technologie ne sont pas compatibles. La guerre économique et technologique existe depuis l’Antiquité. Mais dans un monde hyper connecté et inter-dépendant, l’impact est démultiplié. La guerre commerciale États-Unis-Chine peut faire énormément de dégâts. Il y a la réalité et la théorie.

Donald Trump impose des sanctions envers certains pays, taxe les importations (les frontières et les douanes existent toujours), ou sanctionne des entreprises étrangères en interdisant, aux entreprises américaines tous liens avec lesdites entreprises. Quelques exemples :

-      Huawei est exclu des États-Unis et les entreprises américaines doivent couper tous les ponts. Google coupe les services Android, le constructeur est interdit de tout appel d’offres, ARM, par prudence, coupe aussi les liens, etc. 

-      Importations technologiques, provenant de Chine, taxées par les douanes américaines

-      ZTE subit une interdiction dès l’été 2018

-      Suite aux sanctions américaines, les accès aux comptes payants GitHub/GitLab ont été coupés pour les utilisateurs localisés en Crimée, Syrie et Iran. 

-      La France lance la taxe Gafa(m) : Trump réagit immédiatement et menace. Et, oh surprise*, le coût de la taxe sera répercutée aux utilisateurs/acheteurs. Et cette taxe impacte aussi les entreprises technologiques françaises. Quoi, comment, la taxe Gafa ne touche pas que les Gafa(m) ?…

Pour les affaires Huawei et ZTE, les Chinois ont réagi rapidement en annonçant des développements internes dans les processeurs et les OS pour justement ne plus (trop) dépendre des technologies américaines. À plus ou moins court terme (disons 2 à 4 ans), des solutions chinoises pourront concurrencer les solutions américaines. Et ça, les entreprises de la Silicon Valley l’ont parfaitement compris. Cette guerre montre que le monde technologique est relativement fragile et qu’il est dépendant du monde (géo)politique. Imaginez que Trump interdise toutes technologies américaines en Europe, la panique serait totale.

Cependant, en coulisse, l’opposition Chine-USA n’est pas aussi simple. Car les Chinois ont de précieux leviers pour négocier, voire, faire plier Trump :

-      De multiples usines d’assemblages et de production sont en Chine. Les outils de production sont matures et éprouvés.

-      Se couper du marché chinois sera trop dangereux pour les Américains

-      La Chine est le 1erproducteur (+70 %) et possède les plus grandes réserves (40 %) de terres rares.  

Les terres rares sont des métaux cruciaux pour l’industrie technologique (et pas seulement elle). Trump a pris soin de ne pas les taxer. La Chine peut utiliser ce levier pour faire pression ou même lancer une contre-offensive économique. Mais les Chinois savent que ce levier est à manier avec prudence**. En 2010, ils avaient instauré des quotas plus sévères, les prix ont rapidement augmenté, mais en 2012, l’OMC conclut à une action contraire aux règles du commerce. Et le pays avait terni son image et instaura une méfiance des partenaires. Oui, la Chine peut manier ce levier, mais elle ne pourra pas aller trop loin et son impact réel semble incertain. Car malgré la domination sur le marché, ils ne sont pas les seuls à exporter ces terres. 

* ben non, car il fallait être naïf pour croire que les géants de la tech allaient absorber cette taxe sans rien faire = la marge c’est la marge !

** pensez au principe du rasoir d’Ockham. Au pire, relisez l’Art de la guerre. Autre possibilité mettre en pratique le fameux si vis pacem, para bellum

 Bonus track :

Petite roadmap des séries

Fin 2019 —Fini le suspense, la saison 4 de Mr Robotarrivera d’ici fin de l’année. Espérons une conclusion à la hauteur des attentes. La saison 3 n’est pas la meilleure pour moi. Autre série qui se termine cet automne, The man in the high castle, une belle réussite. Novembre —La saison 3 avait su retrouver le rythme de la saison 1. On attend avec impatience la saison 4. 

Automne —Picardsera la suite directe de Star Trek The Next Generation. Pourquoi Picard quitta Starfleet ? 2019 ou 2020 -Netflix nous annonce aussi la saison 2 de Lost in space pour fin 2019, début 2020. La saison 1 avait des histoires intéressantes et une bonne réalisation malgré un niveau inégal… 

Automne —Un peu sur le mode The man in the high castle, Apple proposera dans son nouveau service de vidéo à la demande, For all mankind. L’idée de départ est simple : les Soviétiques sont les premiers à aller sur la Lune et non Appolo XI. La série est surpervisée par une référence de la SF, Ronald D. Moore (Star Trek, Battlestar Galactica). J’avoue être impatient de voir le résultat ! Novembre —les premiers épisodes The mandalorian, univers Star Wars, seront diffusés. Espérons que la série soit à la hauteur des attentes… Et ce n’est qu’un début, deux autres séries devraient suivre : Cassion Andor (vu dans Rogue One) et une troisième encore sans nom. 

2020 ou 2021 -Patience tu apprendras ! Car il faudra être (très) patiente/patient pour voir les premiers épisodes du Seigneur des Anneaux sur Amazon, Fondation (d’Asimov) sur Apple ou encore la nouvelle série de l’univers Game of Thrones sur HBO. Et on verra aussi dans un peu plus d’un an, la nouvelle version de Dune.