Disponibilité du magazine en kiosques

Suite à la faillite de plusieurs sociétés de distribution de presse (journaux et magazines), conséquence de la liquidation judiciaire de Presstalis, des centaines de kiosques et points de vente de presse ne reçoivent plus du tout, ou très partiellement, de magazines, dont Programmez!.

En attendant que la situation puisse revenir à la normale, la meilleure solution est l’abonnement.

e-paper : l’incontournable à vos projets makers et IoT ?

Par:
francoistonic

ven, 10/07/2020 - 23:01

La technologie e-ink, ou e-paper, n’est pas nouvelle, notamment sur les liseuses. On en trouve à toutes les tailles même s’ils restent encore relativement chers. Aujourd’hui, on utilisera plutôt des OLED, notamment les génériques 0,97’’, peu cher, fiable et très lisibles. Le prix est un facteur important. Difficile de trouver des e-paper à -5 $/pièce, les moins chers sont vendus 6-7 $, contre à peine 1,5 $ pour les premiers modèles OLED. 

Les e-papers fonctionnent avec la plupart des cartes IoT/Maker du marché : ESP, Arduino, Pi, etc. Attention à vérifier la disponibilité des bibliothèques. Elles ne sont pas toujours disponibles sur toutes les cartes. Si vous utilisez une Pi ou une carte du genre, optez pour une carte Hat : plus simple à intégrer. On notera aussi que de nombreux modèles fonctionnent uniquement en SPI et non en I2C. Et ils nécessitent, notamment en ESP et Arduino, 8 fils (selon dépendra aussi du modèle). Il faut rigoureux dans le branchement sinon, votre e-paper refusera de fonctionner. 

Ensuite, côté programmation, un e-paper n’est pas plus compliqué à utiliser qu’un TFT ou qu’un OLED. De nombreuses librairies sont disponibles. Nous utilisons essentiellement GxEPD, un dérivé de l’excellente Adafruit_GFX. Parmi les autres possibilités : Adafruit_EPD, EPD. Elles supportent une douzaine de modèles (taille, définition, couleur et noir & blanc). Dans le code, il faudra décommander le modèle pour avoir le bon support. Un conseil : retirer du dossier library (ou ressources) tous les autres dérivés de la librairie EPD, cela évitera des erreurs à la compilation. 

Comme sur un OLED/TFT, on manipulera les textes, dessins, images, etc. Les fonctions et commandes ne changent pas beaucoup par rapport à une librairie graphique classique. Vous ne serez pas surpris(e).

Ces écrans sont assez lents. Le rafraîchissement prend plus de temps sur un e-paper que sur un OLED par exemple. Si vous avez besoin de performances dans l’affichage, n’utilisez pas un e-paper. Si vous faites beaucoup d’affichages graphiques, là aussi : éviter le e-paper. Si vous avez besoin de couleurs, le e-paper n’est pas conseillé. Attention aussi : ces écrans ont tendance à consommer de la mémoire. Sur une Arduino, ou toute carte ayant peu de RAM, cela peut rapidement devenir un problème si votre code est important ou nécessaire beaucoup de données. 

Par contre, si vous affichez surtout du texte, peu de dessins/graphiques, avec un besoin de modifier l’affichage peu souvent, le e-paper est fait pour vous ! L’affichage est excellent et la lisibilité des textes est le point fort de cette technologie. 

Un des énormes avantages de cette technologie est la consommation, quasi, nulle de ces écrans ! Et quand l’objet est éteint : le dernier affichage devient permanent, car l’encre électronique devient inerte !

Si vous ne connaissez pas encore le e-paper, testez et amusez-vous sur projet IoT/ maker. 

François Tonic