Disponibilité du magazine en kiosques

Suite à la faillite de plusieurs sociétés de distribution de presse (journaux et magazines), conséquence de la liquidation judiciaire de Presstalis, des centaines de kiosques et points de vente de presse ne reçoivent plus du tout, ou très partiellement, de magazines, dont Programmez!.

En attendant que la situation puisse revenir à la normale, la meilleure solution est l’abonnement.

Exclusivité : Enquête CodinGame 2017 - Les tendances des métiers tech en France

Par:
fredericmazue

mar, 02/01/2018 - 12:50

CodinGame a procédé à une enquête auprès de 2465 développeurs français, parmi lesquels 63% de professionnels en poste. Les développeurs ont confié leurs attentes vis à vis de leur carrière, les outils et technologies qu’ils utilisent, les domaines dans lesquels ils aimeraient se spécialiser.

L’objectif de cette étude est de permettre aux développeurs de se situer dans leur industrie comme vis à vis de leurs pairs et fournir aux employeurs des clés de lecture sur un métier en très forte demande et pourtant encore mal compris. L’occasion de découvrir ce que les développeurs français souhaitent vraiment pour leur carrière en 2018, souligne CodinGame.

Voici ce que nous pouvons retenir de cette enquête 2017 :

- 72% des développeurs de la communauté CodinGame interrogés ont démarré la programmation entre 10 et 19 ans

- 63% ont commencé à se former au code en autodidacte (ressources online, livres)

- Le “développeur Full Stack”, titre jusqu’ici plus représenté au États-Unis, prend la tête des postes occupés par les répondants (28%)

- 72% citent “apprendre de nouvelles choses” comme principal critère d’épanouissement au travail, devant la rémunération (40%)

- 59% des répondants jugent leur manager “compétent”

- La compétence que les développeurs souhaitent acquérir en priorité en 2018 est le Machine Learning (53% des répondants)

- La principale difficulté rencontrée lors du recrutement d’un collègue développeur est l’estimation de son niveau technique avant entretien (60% des répondants)

1. Données démographiques

Age

47% des répondants se situent dans la tranche d’âge 25 - 35 ans. Les développeurs de la tranche 25 - 29 ans sont majoritaires et représentent 26% des répondants, tandis que les plus de 40 ans ne représentent que 12%.

Genre

Sans surprise, on retrouve une assez faible proportion de femmes parmi les répondants : seulement 7%. Ce chiffre est en cohérence avec la proportion de femmes estimée dans les métiers directement liés à la programmation, où les développeuses ne seraient que 6%. Dans le même sens, rappelons que les étudiantes des filières informatiques représentent moins de 10 % des élèves inscrits dans les hautes écoles ou universités.

2. Éducation

Diplôme le plus élevé

Nous nous situons sur une population de répondants majoritairement très diplômés. Ils sont 57% à être titulaires d’un diplôme niveau Bac +5. Juste après, le niveau de diplôme le plus représenté est le Bac +2, avec 12% des réponses. Les formations courtes type “Bootcamp” ne représent que 1%.

Spécialisation du diplôme

79% des répondants diplômés ont obtenu un diplôme dans l’informatique, contre 15% pour un diplôme dans les sciences. Nous nous situons ici sur une population de développeurs très diplômés dont la spécialisation académique est en ligne avec leur profession.

Âge auquel vous avez commencé la programmation

La programmation est une passion qui démarre tôt : les chiffres ne démentent pas et l’on observe que 72% des répondants ont démarré la programmation entre 10 et 19 ans. Immédiatement dans la foulée, on trouve les choix estudiantins avec 16% des répondants qui commencent la programmation post-bac, entre 20 et 24 ans. Les reconversions après 35 ans sont plus rares, et concernent seulement 1% des répondants.

Méthodes d’apprentissage de la programmation

63% des répondants ont démarré l’apprentissage de la programmation en autodidacte, à l’aide de ressources en ligne ou de livres. Seulement 35% ont commencé à se former à l’école où à l’université. Ces chiffres sont en corrélation avec l’âge moyen de démarrage de la programmation évoqué plus haut. Les jeunes, encore peu familiarisés au code via les parcours scolaires traditionnels, découvrent majoritairement la programmation par leurs propres moyens. Enfin, notons que les formation courtes au développement type “bootcamp” ne représent que 1% des répondants.

Estimation de son propre niveau technique

Interrogés sur l’estimation de leur propre niveau technique, les développeurs français restent modestes : la note moyenne est de 6/10.

3. Les développeurs au travail

Intitulé de poste

28% des répondants professionnels se qualifient “développeurs Full Stack”, un poste complet qui englobe à la fois le “back end” (architecture ; mise en place, configuration, développement et maintenance du serveur ; base de données et applications web en général) et le “front end” (développement et intégration de sites web notamment via le trio HTML / CSS / Javascript). Les développeurs généralistes représentent 24% ; les développeurs backend, 14% ; tandis que les développeurs “front” purs (développeurs web) ne sont que 4%. Les métiers spécialisés sont moins représentés : on compte seulement 6% de data scientists, 6% d’architectes et 3% de DevOps (à l’interface entre les développeurs et l’ingénierie système / Cloud). Intéressant à noter côté management : les CTOs représentent 3% des répondants. Seulement 4% des répondants sont demandeurs d’emploi.

Expérience dans le métier de développeur

83% des répondants exercent en tant que développeur professionnel, tandis que les étudiants représentent 17%. Les développeurs “juniors” (0 à 2 ans d’expérience) représentent 24%. Les développeurs “confirmés” (2 à 5 ans d’expérience) sont 12%, tandis que la proportion de développeurs “seniors” (5 à 10 ans d’expérience) est de 17%. Les développeurs “experts” (plus de 10 ans d’expérience) sont quant à eux 35%.

Secteur d’activité

27% des répondants professionnels travaillent dans des sociétés de services en ingénierie informatique ou ESN, qui représentent elles-mêmes 61% du marché des entreprises du secteur numérique en France. 22% des répondants sont en poste dans le secteur des nouvelles technologies, 9% dans la Finance, et 9% dans les médias. Les secteurs de la santé (4%), de l’éducation (4%), du e-commerce (3%), de l’assurance (3%), de la défense/aéronautique (3%), de la sécurité (2%) ou du Hardware (1%), sont plus morcelés et attirent respectivement peu en comparaison.

Taille de l’entreprise

Les développeurs professionnels travaillent majoritairement (40%) dans des petites et moyennes entreprises (10 à 249 salariés). A l’opposé, ils sont 32% à être employés dans une entreprise de grande taille, ou “grand compte”. Les entreprises de taille intermédiaire (250 à 999 salariés) totalisent 15% des répondants, tandis que les très petites entreprises (1 à 9 salariés) représentent 9% de l’effectif.

Répartition Province / Île-de-France

59% des professionnels travaillent en Province, contre 35% en Île-de-France. 3% sont employés à l’étranger, et seulement 2% pratiquent le télétravail.

4. Satisfaction au travail

Épanouissement

En moyenne, les développeurs professionnels s’estiment plutôt épanouis dans leur job, avec une note moyenne de 3.40 sur 5. Pour autant notons que les développeurs s’étant déclarés “pas du tout épanouis” dans le job (note de 1 à 2 sur 5) représentent tout de même 17% des répondants.

Développeurs les plus épanouis par taille d’entreprise

15% des développeurs qui travaillent dans des très petites entreprises (1 à 9 salariés) se déclarent “très épanouis” (note de 5/5). En revanche, les développeurs employés dans des grandes entreprises de plus de 1000 salariés sont seulement 9% à se déclarer “très épanouis”.

Développeurs les moins épanouis par secteur d’activité

Parmi les développeurs qui se sont déclarés les moins épanouis (note de 1 à 2 sur 5), ce sont ceux qui travaillent dans les sociétés de services (18% des répondants) et les médias (même chiffre) qui sont les moins satisfaits.

Critères d’épanouissement au travail

Les développeurs sont avant tout sensibles à la notion d’apprentissage en continu. Ils sont 72% à souhaiter que leur job leur permette d’apprendre de nouvelles choses. En deuxième position, l’environnement de travail et le degré de performance des collègues est aussi un critère d’épanouissement : 54% des répondants souhaitent côtoyer des collègues passionnés et brillants. La résolution de problèmes complexes (47%) arrive en troisième position, devant le niveau de rémunération qui est un critère majeur d’épanouissement pour seulement 40% des répondants.

Degré de compétence des managers

59% des développeurs professionnels sont satisfait de leur niveau d’encadrement et estiment que leur manager est suffisamment compétent. Seulement 23% des répondants considèrent que non, alors que 18% déclarent ne pas avoir de manager.

Niveau technique des collègues

En moyenne, les développeurs professionnels donnent au niveau technique de leurs collègues une note de 6.23 sur 10. Mais il est d’autant plus pertinent d’analyser ce degré d’estime par taille d’entreprise, comme ci-dessous.

Les développeurs qui travaillent dans les grandes entreprises de plus de 1000 salariés sont ceux qui estiment travailler avec des collègues moins performants techniquement, avec une note de 5.85 sur 10. A contrario, ce sont les développeurs employés dans des petites et moyennes entreprises de 10 à 49 salariés qui s’estiment le mieux entourés par des collègues compétents, avec une note de 6.5 sur 10.

5. Formation tout au long de la vie

Veille technologique

La très grande majorité des répondants (70%) font leur veille technologique via des

blogs tech. La veille via des livres (30%), Twitter (27%), la participation à des Meetups

(27%) ou Reddit (27%) suivent ensuite dans le Top 5 des méthodes pour maintenir ses compétences à jour. Apprendre en continu est un souci permanent pour 85% des développeurs : seulement 15% des répondants déclarent ne pas faire de veille.

Acquisition de nouvelles compétences pour 2018

Le Machine Learning est LA compétence que les développeurs souhaiteraient développer en 2018 (ils sont 53% à plébisciter une spécialisation dans ce domaine). Parmi les compétences qu’ils souhaiteraient acquérir l’année prochaine, les développeurs soulignent le Big Data (28%), la Programmation Fonctionnelle (26%), le Jeu Vidéo (25%) ou le Web (23%). Les tendances d’actualité comme la Blockchain, l’Internet des Objets ou la Réalité Virtuelle arrivent curieusement plus loin dans le classement, à croire que les développeurs misent avant tout sur des valeurs stables !

6. Recrutements

Participation aux recrutements tech dans l’entreprise

41% des professionnels déclarent prendre part aux recrutements de développeurs dans leur entreprise.

Difficultés identifiées lors des recrutements

La principale difficulté évoquée lors des recrutements est la capacité à déterminer le niveau technique d’un candidat avant de l’interviewer (60% des répondants). Viennent ensuite le manque de candidats qualifiés (54%), le manque de corrélation entre le niveau scolaire / académique du candidat et son niveau technique (34%), et le temps passé à organiser des entretiens, considéré par 26% des répondants comme chronophage. 17% des répondants considèrent par ailleurs qu’il est difficile de faire preuve d’attractivité dans les offres d’emplois publiées. Notons enfin que le niveau de rémunération attendu par le candidat est un frein surmontable, relevé par seulement 10% des répondants comme une difficulté.

Critères de choix pour le recrutement d’un développeur

Les expériences professionnelles du candidat arrivent en tête des critères de choix pour un poste de développeur, devant le CV, l’activité sur Github / les projets personnels, le nombre d’années d’expérience ou les diplômes.

7. Technologies

Langages de programmation les plus utilisés en 2017 au travail

Le langage de programmation le plus utilisé par nos répondants est le Javascript, avec 61%. Dans le top 5 des langages les plus utilisés, on retrouve ensuite Java (45%), Bash (32%), Python (30%), et PHP (26%). C# est utilisé par 23% des répondants, C++ par 19% et C, 12%. Les langages plus “rares” comme Scala, Groovy et Go ne dépassent pas la barre des 6% d’utilisation.

Frameworks les plus utilisés en 2017 au travail

Spring, Node.js et AngularJS se trouvent dans le trio de tête des frameworks les plus utilisés au travail.

Langages de programmation les plus plébiscités en 2017

Avec 38%, Java remporte les suffrages du langage le plus plébiscité par les développeurs. Non loin derrière, Python (35%), Javascript (34%) et C++ (30%) sont dans un mouchoir de poche.

Langages de programmation les moins plébiscités en 2017

PHP est le langage le moins plébiscité par nos répondants en 2017 (29% des répondants affirment ne pas l’aimer), suivi par VB.NET (28%). Fait intéressant, alors que Javascript faisait partie du Top 3 des langages les plus plébiscités, on le retrouve ici en 3e position des langages les moins appréciés. Javascript serait-il le langage le plus controversé ?

IDE les plus plébiscités

On retrouve deux fois les technologies Microsoft dans le Top 5 des environnements de développement les plus appréciés, Visual Studio trustant le haut du podium. Le traditionnel Eclipse arrive en seconde position (31%), suivi de près par IntelliJ (30%). Belle percée à noter pour Visual Studio Code qui est un IDE qui a à peine plus de deux ans !

Et la question bonus… VIM ou EMACS ?