Firefox : à la recherche des utilisateurs perdus

Par:
ftonic

jeu, 12/08/2021 - 07:56

En 2 ans, le navigateur a égaré 58 millions d’utilisateurs, selon les statistiques de l’éditeur : passant de 254 à 196 millions. La tendance n’est pas bonne et la crise sanitaire, le télétravail n’ont pas profité au navigateur. Dans le même temps, Mozilla avait licencié 320 personnes et revu des projets en cours. La situation risque de durer et même de s’accentuer. 

Aujourd’hui, Chrome impose sa loi avec 68 % (selon statcounter) des utilisateurs sur desktop. Safari arrive à 9,5 %, Edge atteint 8,22 % et Firefox 7,64 %. Toute plateforme, Chrome domine toujours avec 65 %, Safari monte à 18 % et Firefox - 4 %, tout comme Edge ! Le mobile joue à plein et booste Safari. Et surtout, il accentue la chute de Firefox car ce dernier y est totalement absent (- 1 %).

Chrome, Safari, Edge ont un point commun : le moteur de rendu. C’est le triomphe de Webkit. Chrome et Edge utilisent Blink mais il s’agit d’un fork de Webkit. Cela fait longtemps que Webkit est devenu LE moteur de rendu du web grâce aux smartphones. Cela explique aussi le revirement de Microsoft pour adopter Chromium et abandonner Internet Explorer et la 1ere génération Edge.

La domination de Webkit / Blink apporte une stabilité et un standard de fait mais cela signifie aussi que les failles de sécurité découvertes dans le moteur concernent tout le monde. Mais cela peut aussi ralentir les innovations et limiter la liberté des développeurs et des éditeurs. Souvenons-nous de l’époque d’Internet Explorer 6 qui imposait sa loi notamment en obligeant les développeurs à optimiser spécifiquement pour IE tellement le moteur n’était pas standard et permissif aux standards Web. IE 6 était devenu le cauchemar du Web. 

Si Chromium et Blink sont généralement rapides à supporter les évolutions du Web et des standards, Safari, et donc Apple, est plus lent à les intégrer. Apple a fait des efforts avec les Safari Technology Preview mais reste toujours en retrait.

Firefox paie son absence sur les mobiles et la multiplication des projets de Mozilla. Apple et Google avaient été les plus rapides à adapter leur navigateur sur iOS et Android. Malheureusement pour Firefox, la situation risque de ne pas s’améliorer. Même si le navigateur propose de belles nouveautés et évolutions, nous ne voyons pas d’améliorer de la situation. 

Nous pouvons même nous poser la question de la survie du moteur de rendu Gecko à terme. Firefox va-t-il adopté Webkit / Blink dans le futur ? Il y a 3-4 ans, on aurait pu dire non, mais désormais rien ne semble totalement impossible.