La visualisation à l’ère de la Réalité Virtuelle

Gros plan sur la fabrication et l’ingénierie.

Si les outils de conception 3D existent depuis quelque temps déjà, la consumérisation de la réalité virtuelle fait émerger des solutions de visualisation à un rythme sans précédent. La visualisation a atteint un tel niveau que les concepteurs peuvent désormais créer des images photoréalistes de produits dans des environnements naturels avec plus de rapidité et de précision.

Lire le livre blanc

Google s'investit dans la mobilité

Par:
francoistonic

mar, 06/11/2007 - 22:21

Ce n'est finalement pas une surprise, Google décide de s'engager dans la mobilité. Après des mois de rumeurs, l'éditeur a annoncé le 5 novembre : Android et Open Handset Alliance. Essayons de savoir de quoi il retourne. Il y a deux ans, Google rachetait une société nommée Android qui travaillait sur un système mobile et aujourd’hui www.android.com (site de l’éditeur racheté) arrive sur www.openhandsetalliance.com

Android se veut, dixit l'éditeur, être la première initiative véritablement ouverte pour les terminaux mobiles. Android se compose de trois éléments principaux : un système, une interface utilisateur et des applications. Android se destine aux téléphones mobiles et devient donc une alternative à Symbian, Microsoft et autres Palm et même Linux embarqué. Android est le résultat d'une collaboration entre Google et les membres de l'alliance OpenHandset (incluant une trentaine de constructeurs et éditeurs). Android est pour Google un moyen de fournir l'information aux utilisateurs là où ils sont, en profitant notamment des technologies et fonctions Google.

Android : c'est quoi ?
Il sera disponible le 12 novembre. Comme dit plus haut, on dispose d’un système, d’une couche middleware (incluant interface, API, etc.) et d’applications. On disposera aussi d’un kit de développement fournissant une première vue du projet.

Android doit fournir l’ensemble des fonctionnalités aux applications que l’on code (ex. : accès à la caméra, envoi de messages, etc.). Android s’architecture autour d’un noyau Linux et utilise une machine virtuelle optimisée pour la gestion mémoire et les ressources matérielles du terminal mobile. Cela va de soi, Android est open source. Il sera ainsi possible d’intégrer de nouvelles fonctions à l’intérieur, développer une communauté, etc.

Une autre caractéristique d’Android est que toutes les applications sont au même niveau, il ne fait pas différence entre une application livrée en standard et une autre. Il se veut hautement personnalisable pour pouvoir adapter au mieux son application. Le développeur pourra facilement mixer des données provenant du web et du téléphone, comme effectuer de la géolocalisation. On aura accès aux applications P2P et aux réseaux sociaux.

OpenHandset précise bien que la version disponible le 12 novembre ne sera qu’une première approche, une première vue du projet. Il sera disponible en licence Apache v2, une licence très souple et dite « commercial friendly ». Ainsi, si un constructeur, un éditeur ne veut pas dévoiler son code, il n’est pas obligé de le faire. Surtout, vous pouvez intégrer une technologie à la place d’une autre, ainsi si vous préférez Hotmail à la place de Gmail, pas de problème… Même si pour Google, il s’agit d’une occasion de renforcer la place des fonctions Google sur les mobiles comme on l’a vu récemment avec iPhone.

OpenHandset
Cette alliance partage un objectif commun en terme d’innovation pour les services mobiles et offre aux consommateurs une bien meilleure expérience que celles proposées aujourd'hui sur les plates-formes mobiles habituelles. A travers Android, les développeurs, les opérateurs et les fabricants de terminaux pourront ainsi proposer des produits innovants plus rapidement et moins chers. Le résultat final souhaité sera celui d’une plate-forme mobile sans précédent, permettant aux opérateurs et aux fabricants de proposer une expérience encore plus personnelle et plus flexible à ses utilisateurs.

Cette alliance doit être le moteur d’Android dans son développement, sa promotion, sa gouvernance. L’objectif est de disposer des premiers téléphones Android pour la mi-2008. Les fabricants de terminaux et les opérateurs de téléphonie mobiles seront libres de personnaliser Android, afin d’apporter rapidement de nouveaux produits innovants à moindre coût. Les développeurs auront accès aux terminaux et aux différents outils, afin de concevoir des services plus faciles d’utilisation et d’apporter ainsi un modèle pour l'univers mobile. Quid du prix du téléphone Android ? Si officiellement pour l’alliance le prix devrait baisser, restons prudent.

Concurrent ou complémentaire ?
La question se pose. Quel sera l’accueil du marché ? Si l’alliance comporte plus de 30 membres, les premiers opérateurs et constructeurs sont absents. Il faudra guetter leurs réactions et comment ils vont se positionner fin 2007, début 2008. On peut parfaitement imaginer un ralliement après coup.

Il ne faut sans doute pas s’attendre à une déferlante mais à une commercialisation restreinte. Il faut éprouver la solution, convaincre et développer des applications. L’accueil du premier SDK sera un élément important.

Est-ce le premier pas vers un Google Phone (Gphone) comme on le lit ici et là ? Pour le moment la question ne se pose pas. Et on peut se demander si cela aurait un réel intérêt. Il faut déjà que la plate-forme se lance et soit disponible en version 1.0.

Rendez-vous à partir du 12 novembre pour savoir ce qui nous attend avec Android et son SDK.