Disponibilité du magazine en kiosques

Suite à la faillite de plusieurs sociétés de distribution de presse (journaux et magazines), conséquence de la liquidation judiciaire de Presstalis, des centaines de kiosques et points de vente de presse ne reçoivent plus du tout, ou très partiellement, de magazines, dont Programmez!.

En attendant que la situation puisse revenir à la normale, la meilleure solution est l’abonnement.

Histoire d’été : 1980, le ZX80

Par:
ftonic

lun, 03/08/2020 - 10:38

Il y a quelques jours, Clive Sinclair fêtait son 80e anniversaire. Ce personnage emblématique de l’informatique britannique et mondiale a été un des acteurs les plus importants des années 1970 et 80. 

Il crée sa société, Sinclair Radionics en 1961, il a 21 ans. Son activité se concentre sur le matériel radio puis les calculatrices dans les années 70. Fin observateur des évolutions technologiques et du marché, il sent que l’informatique sera la prochaine technologie. Commodore, Atari, Apple, Tandy étaient les gros acteurs du marché.

Dès 1977, Science of Cambridge, autre société de Sinclair, lance un ordinateur en kit : le MK14. Vendu à -40 livres, ce kit se vend à des milliers d’exemplaires. L’aventure débute seulement. 

En 80, Sinclair lance Sinclair Research. Dès février, le constructeur annonce son futur micro-ordinateur à -100 livres : ZX80. Mais la machine sera réellement disponible que plusieurs mois plus tard.

Ce nom résonne encore par son prix (très agressif), son design et son (horrible) clavier. Sinclair veut une machine simple, avec des composants standards du marché, éprouvés et largement disponibles (= des composants moins chers), un design attrayant facile à produire. Malgré tout, le ZX80, avec sa robe blanche, se révèle plus performant que de nombreuses autres machines grâce à son processeur Z80A à 3,25 MHz. De nombreuses machines utilisaient le même processeur, mais à une fréquence inférieure.

On disposait de 1 Ko de RAM, extensible à 64, d’un affichage limité à 22x32 (mode texte), port vidéo TV, interface K7 et mémoire… Il n’y pas d’OS, mais un BASIC directement en ROM. Ce BASIC n’est pas celui de Microsoft, installé dans de nombreuses machines, mais un langage maison : le Sinclair Basic. 

Quand on regarde son électronique, l’architecture est très simple avec peu de composants. Le succès peut être paraître limité, mais c’est déjà remarquable : +50 000 unités vendues. 

Sinclair se fera un nom dans l’Histoire informatique en mars 1981 avec le mythique ZX81. Design noir, plus épuré, cette machine deviendra en quelques mois un phénomène de société : 500 000 exemplaires vendus en 1 an ! Basiquement, le ZX81 reprend la même recette que le ZX80. Surtout, Sinclair comprend que le marché américain est important. Il va alors proposer le ZX81 à seulement 99,95 $ (version kit) ! Le succès ne se fait pas attendre. 

Le ZX81 est plus simple à produire, l’électronique a été simplifiée, mais il embarque un BASIC plus performant. Cette machine souffre de 3 gros défauts : mémoire vive très faible, un connecteur pour le module mémoire très instable (au moindre mouvement, on perdait tout le code écrit !) et d’un clavier particulièrement horrible. Les performances sont médiocres, mais de nombreuses personnes vont découvrir la programmation grâce au ZX81. De nombreux ZX finiront comme cale-porte !

À partir de 82, Sinclair sort une nouvelle gamme : ZX Spectrum. Le premier modèle propose enfin un clavier acceptable et réellement utilisable (sic !) et surtout 16 Ko de RAM (enfin !). La gamme évolue beaucoup notamment sur le design, les derniers modèles ressembleront aux Amstrad CPC. 

En janvier 84, le constructeur décide de frapper fort avec un design plus évolué, une architecture nouvelle et système plus moderne : ce sera le Sinclair QL. Il cible les utilisateurs avancés et les petites entreprises. Il embarque un processeur Motorola, 128 Ko de RAM, affichage couleur, de nombreuses interfaces. Mais ce modèle sera un échec. Les nombreux bugs du système handicaperont la machine. 

Les ZX seront copiés notamment par Timex Computer et surtout, de nombreux clones en Europe de l’Est seront produits durant les années 80 et 90 ! 

Des milliers de programmes et de jeux seront proposés sur le ZX. 

Clive Sinclair regardait au-delà de l’informatique, notamment après le rachat des actifs par Amstrad (1985). En 85, l’Anglais dévoile une voiture électrique : la Sinclair C5. 

Photo : ZX81, photo de Evan-Amos