IBM FRANCE

Les environnements informatiques sont fondamentalement hétérogènes par nature d’abord parce que les capteurs et sources d’...

Lire la suite

Imaginons la Raspberry Pi 4

Par:
ftonic

mer, 09/08/2017 - 09:31

Incontestablement, la carte Raspberry Pi a permis de réinventer une certaine informatique, de redonner aux geeks et aux bidouilleurs une plateforme matérielle adaptable, peu chère et au potentiel énorme. D’ailleurs, la Pi a stimulé une grande quantité de cartes similaires. On confond beaucoup la Pi avec la plateforme Arduino qui se destine plus à l’électronique de base, aux montages maker, aux petits IoT de type DIY. La Pi peut aussi le faire bien entendu notamment en serveur domotique ou pour piloter des objets nécessitant plus de puissances. 

Nous l’avons dit à plusieurs reprises dans Programmez!, la Pi 3 nous avait déçu car elle apportait peu de choses, sauf sur la connectique sans-fil (WiFi / Bluetooth). Mais la Pi reste la référence et la communauté est énorme et très dynamique. Surtout, la documentation technique est facilement trouvable. Un énorme +. C’est ce qui manque aux concurrents comme les Odroid, Banana, Pine64, C.H.I.P. ou encore Orange. Ces cartes sont particulièrement excitantes pour les ressources matérielles et les prix. Et la Pi est mature et stable.

Pour la future Pi, rêvons à quelques évolutions intéressantes :

- un CPU un peu plus puissant : le CPU ne fait pas tout mais il est toujours intéressant de mettre à jour le CPU

- une mémoire vive plus importante surtout si on veut exploiter le 64-bit

- un support vidéo étendu à de nouveaux codex avec un GPU plus véloce même si en media center, la Pi est déjà pas mal mais en retrogaming, la carte souffre et chauffe. Sur la chaleur, la Pi devra améliorer la dissipation (ODROID le fait très bien) 

- le stockage reste le point noir : uniquement un port SD. Il serait temps de proposer un stockage interne par défaut ou d’autres ports. On peut passer par un stockage USB mais attention aux performances et à la stabilité de certaines solutions

- Ethernet 1 Gb : ok cela ne fait pas tout mais en mode serveur ou même en media center, le 10/100 Mb actuel est un frein

- support sans-fil (WiFi / BLE) : rien à redire. pourquoi pas une option pour les réseaux IoT de type Lora ou Sigfox ?

- HDMI : pas forcément besoin de supporter le 2.0 (tous les écrans ne sont pas compatible

- GPIO : on peut toujours améliorer et étendre comme on peut le voir avec la Pine64 et les 34 broches Euler

- dimension : rien à redire

- système d’exploitation : on peut toujours étendre à de nouveaux Linux, Android et envisager un Windows ARM à l’avenir. 

- open hardware : et si Raspberry Pi était réellement open hardware ? Ce serait franchement un +. La fondation a fait quelques progrès mais nous sommes loin de ce que propose Arduino.

Une partie des performances de la carte est plombée par le bus USB et le port SD qui est lent, il faut bien le reconnaître. L’USB 2 est lent par nature, une évolution sera la bienvenue pour booster les performances globales de la carte. 

Faire évoluer la gamme ?

La gamme est simple et claire : Raspbery Pi et Raspberry Pi Zero. Nous sommes loin des multiples déclinaisons d’Arduino. L’absence de clones évite cette floraison de cartes mais paradoxalement elle nous manque aussi. Les concurrents permettent de stimuler notre environnement matériel. 

La partie industrielle / entreprise avec le Compute Module est une gamme à part avec le module Pi et la plateforme de développement ouverte (Compute Module IO Board). La carte support permet de tester la solution utilisant le Compute Module avant la production du produit. La board étant open source, on peut créer son propre circuit support. 

Et vous, qu’en pensez-vous ? 

Commentaires

Stockage ! de la ROM sur la carte serait vraiment le bienvenu