Programmez! #239 PDF pour nos abonnés papier

Abonnés papier : en raison de la situation due au coronavirus, des retards sont à prévoir en ce qui concerne la distribution de Programmez! #239 par La Poste. C'est pourquoi nous mettons Programmez! #239 PDF à disposition dans votre compte utilisateur sous un onglet dédié en attendant. Pour y accéder, il vous suffit de saisir votre n° d'abonné (ou éventuellement le ressaisir comme pour l'accès aux archives) dans votre compte utilisateur, si ce n'est pas déjà fait. Si vous ne connaissez par votre numéro d'abonné, vous pouvez l'obtenir à cette page.

En cas de difficultés, contactez le webmaster à partir du formulaire de contact de ce site.

L'intelligence artificielle doit elle bénéficier de protection éthique au même titre que les animaux ?

Par:
fredericmazue

mar, 26/11/2019 - 15:25

Voilà une question surprenante... Mais très sérieusement posée par John Basl professeur adjoint de philosophie à la Northeastern University de Boston, et Eric Schwitzgebel,  professeur de philosophie à l’Université de Californie dans un billet publié sur Aeon. En voici quelques extraits.

Les universités du monde entier mènent des recherches majeures sur l'intelligence artificielle (IA), tout comme des organisations telles que l'Institut Allen et des sociétés de haute technologie telles que Google et Facebook. Un résultat probable est que nous aurons bientôt une intelligence artificielle à peu près aussi sophistiquée sur le plan cognitif que des souris ou des chiens. Le moment est venu de se demander si, et dans quelles conditions, ces IA mériteraient les protections éthiques que nous accordons généralement aux animaux argumente le billet qui continue ainsi Jusqu'ici, les discussions sur les «droits de l'IA» ou «droits des robots» ont été dominées par des questions sur les obligations éthiques que nous aurions envers une IA d'intelligence humaine ou supérieure - telle que l'androïde Data de Star Trek ou Dolores de Westworld. Mais penser ainsi, c'est commencer au mauvais endroit et cela pourrait avoir de graves conséquences morales. Avant de créer une intelligence artificielle avec une sophistication humaine méritant une considération éthique humaine, nous allons très probablement créer une intelligence artificielle avec une sophistication moins qu'humaine, méritant une considération éthique moins qu'humaine.

[...] Vous pensez peut-être que les personnes atteintes d'IA ne méritent pas ce type de protection éthique à moins d'être conscientes, c'est-à-dire si elles n'ont pas un véritable flux d'expérience, avec une joie et une souffrance réelles. Nous sommes d'accord. Mais nous sommes maintenant confrontés à une question philosophique délicate: comment saurons-nous que nous avons créé quelque chose capable de joie et de souffrance? Si l'IA est comme Data ou Dolores, elle peut se plaindre et se défendre, en initiant une discussion sur ses droits. Mais si l'IA est inarticulée, comme une souris ou un chien, ou si, pour une raison quelconque, ele est incapable de nous communiquer sa vie intérieure, elle n'aura peut-être aucun moyen de signaler qu'elle souffre.

[...] Nous proposons la création de comités de surveillance qui évaluent la recherche de pointe sur l'IA en tenant compte de ces questions. 

En attendant la création de ces comités et le résultats de leurs recherches, n'insultez pas, ne maltraitez pas votre assistant vocal ou votre robot domestique. On pourrait vous le reprocher un jour :-)