IBM FRANCE

L’IoT représente une opportunité inédite pour l’ensemble des développeurs dans de très nombreux secteurs d’activité. La plate-forme Watson...

Lire la suite

Nouvelle vague de licenciements : Microsoft confirme

Par:
fredericmazue

ven, 07/07/2017 - 14:47

En début de semaine, nous vous informions que Microsoft envisageait de nouveaux licenciements. L'entreprise de Redmond a confirmé la nouvelle hier.

Au départ, la nouvelle émanait de notre confrère américain Bloomberg qui s'appuyait sur des sources anonymes, internes à Microsoft. De son côté GeekWire avait mis la main sur une note interne de l'entreprise de Redmond qui indiquait :

Pour embrasser cette transformation et saisir cette opportunité, les changements que nous avons annoncés ont été pensés autour de plusieurs leviers de croissance, qui devraient nous permettre de nous aligner sur les bonnes ressources, pour les bons clients, au bon moment.

Même si la note ne le précise pas clairement, Microsoft souhaite réorganiser ses équipes commerciales en les recentrant sur les activités cloud de l'entreprise, d'après les sources de Bloomberg.

Toujours sans préciser l'objet de cette réorganisation, un porte-parole de Microsoft en a confirmé la réalité par un mail adressé à l'AFP :

« Aujourd’hui [jeudi], nous prévenons certains employés que leurs emplois sont en train d’être étudiés ou que leurs postes vont être supprimés. Comme toutes les entreprises, nous faisons le point régulièrement. Cela peut conduire à des investissements supplémentaires dans certains segments et, de temps en temps, à des redéploiements dans d’autres. »

Le nombre de poste touchés par cette réorganisation n'est pas donné, mais le porte-parole laisse entendre qu'il pourra ne pas s'agir que de licenciements secs et que des employés pourront être réaffectés à d'autres activités de l'entreprise.

Selon la chaine américaine CNBC se sont 3 000 postes qui seraient impactés. Selon Business Insider, ce sont 10% des 50 000 personnes travaillant aux activités commerciales de Microsoft qui pourraient être touchées. Soit environ 5 000 personnes.