Ajouter un commentaire

Par :
Eric Sèle

jeu, 09/02/2012 - 13:37

Big Data, cybercriminalité, Cloud Computing, mobilité... l'année écoulée à été riche en nouvelles technologies, portées par des tendances fortes qui ne demandent qu'à se confirmer en 2012. Principal moteur de cette effervescence, les technologies mobiles, et plus particulièrement les tablettes et les smartphones. Leur succès à largement marqué l'année 2011 et devrait continuer à jouer un rôle majeur dans les prochains mois en faisant peser une pression de plus en plus forte sur les réseaux. Par Eric Sèle, Vice-Président, Directeur General Europe du Sud, Centrale, Moyen Orient et Afrique, Ciena.

Selon IDC, les dépenses en services de données mobiles devrait au cours des 12 prochains mois, et pour la première fois, surpasser celles en données fixes. Les conséquences pourraient alors être lourdes pour les prestataires de services qui seront contraints de repenser leur stratégie réseau et opter pour un modèle plus intelligent afin de faire face à la demande croissante en bande passante. Le problème : les réseaux mobiles actuels pourraient avoir des difficultés à répondre de manière rentable aux besoins croissants en bande passante. Ciena partage aujourd'hui les grandes évolutions réseau à prévoir pour l'année à venir.

1. Préparer l'arrivée de la 4G

Elément central du développement des réseaux LTE, l'infrastructure backhaul mobile connecte les stations de base au cœur du réseau et joue ainsi un rôle clé en garantissant aux consommateurs les services vidéo et autres applications de bande passante qu'ils attendent. Afin de prendre en charge des services vidéo et de préparer le lancement des réseaux LTE, les opérateurs vont poursuivre la migration de leur backhaul vers une infrastructure backhaul mobile basée sur Carrier Ethernet. Il s'agit de la meilleure technologie pour répondre à l'augmentation actuelle du trafic des données. Elle représente une base rentable et évolutive pour les réseaux 3G et LTE, permettant ainsi aux opérateurs mobiles de supporter le développement d'une nouvelle génération de périphériques connectés et de se préparer au passage imminent au LTE.

2. Sécuriser le réseau Cloud

Le modèle de l'informatique en mode Cloud offrira aux entreprises un datacenter virtuel entièrement automatisé et indépendant géographiquement, leur permettant également de profiter d'une agilité accrue en limitant les dépenses en capital. Cependant, l'éloignement progressif qui s'opère entre les services et les clients risque d'entrainer à terme des problèmes de performance et de sécurité. Si par le passé, les responsables informatiques ont beaucoup investi dans la protection des serveurs, des bases de données, des routeurs et des switchs, il est nécessaire aujourd'hui d'étendre les limites de cette protection au-delà des murs datacenter afin d'assurer des communications réellement sécurisées. C'est lorsqu'ils y parviendront qu'ils profiteront des bénéfices d'une solution d'encryption sur les couches inférieures. La solution d'encryption solide et bien intégrée à la couche de transport permet de réaliser des déploiements qui minimisent le nombre d'éléments réseau tout en respectant les standards de sécurité les plus élevés. Face à ce constat, vous pouvez d'ores et déjà parier que l'encryption des informations lorsqu'elles transitent sur le réseau va devenir une tendance majeure.

3. Transformer les réseaux sous-marins

En raison de leur environnement d'exploitation unique, les équipements réseau sous-marins sont spécifiquement conçus pour fonctionner au moins 25 ans. Cela a souvent entraîné un cycle évolutif lent pour ces infrastructures, qui utilisent toujours des technologies vieillissantes spécifiquement conçues pour les environnements d'exploitation sous-marins difficiles. Néanmoins, les équipements situés dans les stations d'atterrissement des câbles peuvent profiter pleinement des avancées technologiques plus rapides des réseaux optiques terrestres et des économies associées, favorisées par des volumes de production plus importants. Nous devrions donc assister rapidement à des développements intéressants sur ce front.

L'une des principales leçons que nous avons apprise en 2011 est qu'un réseau de câbles sous-marins, peu importe sa taille, s'avère inutile s'il ne peut pas s'adapter à la pire des situations auxquelles les hommes ou la nature le confrontent. Les systèmes classiques de protection de réseau transocéanique ne protègent pas, en général, contre plusieurs défaillances, qui ont principalement lieu lors de catastrophes naturelles, avec des tracés de câbles sous-marins présentant peu de différences. Une telle résilience du réseau grâce à l'utilisation du réseau maillé a fait ses preuves pour la société Verizon, lors du tremblement de terre et du tsunami au Japon. Son réseau IP mondial a utilisé la technologie de maillage pour résister à des ruptures de câbles (entre 15 et 20) sans aucun dommage de circuit ou suppression de paquets pendant la durée du désastre.

En 2012, les opérateurs choisiront la restauration de réseau maillé afin de fournir des 'parcours' de protection partagés sur plusieurs tracés séparés géographiquement. La protection maillée renforce considérablement la résilience et la fiabilité des réseaux sous-marins, tout en optimisant l'utilisation de bande passante de protection et favorisant la réduction des coûts de réseau globaux.

4. Connecter le Cloud Center

IDC annonce d'ores et déjà une augmentation massive de la demande en infrastructure Cloud au cours de l'année 2012, portée notamment par l'adoption de services Cloud. Ces services, très prisés par les entreprises, devraient connaître un taux d'investissements quatre fois supérieur à celui de l'industrie. En cause, le besoin de s'adapter à l'accroissement des transferts de données entre data center d'entreprise et data centers hébergés.

Pour répondre à cette problématique, nous évoquions il y a quelques semaines la notion de « datacenter sans murs » : un modèle de datacenter totalement virtualisé qui présente de nombreux avantages, à commencer par une capacité évolutive, une sécurité intégrée et la souplesse d'un accès à des ressources à la demande avec facturation selon l'usage. Dans l'ensemble, cette approche permet de gérer des volumes de tâches en dents de scie, avec des coûts d'exploitation incrémentiels au lieu d'avoir à réaliser des investissements exorbitants pour des capacités sous-utilisées. La mise en place d'un réseau dynamique et intelligent entre les ressources des entreprises et celles du Cloud permet par ailleurs de déployer des applications dans n'importe quel lieu. Avec pour résultat une réduction des coûts pour les entreprises qui seront en mesure d'exploiter leurs ressources avec plus d'efficacité, en obtenant des performances maximales. Autre atout : un réseau omniprésent et souple offrira plus de possibilités aux structures informatiques pour développer et déployer des applications, sans être pieds et poings liés avec un datacenter physiques ou un fournisseur en particulier.

2012 sera l'année des réseaux plus intelligents

Les entreprises attendent aujourd'hui de leur réseau qu'il puisse prendre en charge une infrastructure Cloud, répondre à l'augmentation des besoins en bande passante et s'adapter aux exigences de sécurité et de résilience les plus élevées. Afin de s'adapter à l'évolution des besoins, les technologies vont devoir évoluer. Mais, lorsqu'il s'agit de technologie, le transfert de pouvoir représente peut-être la tendance la plus intéressante en développement. Gartner souligne que le contrôle de technologie « n'est plus du ressort de la société informatique ». Les applications sur le Cloud, les médias et les réseaux sociaux évoluent rapidement et modifient la manière dont les utilisateurs interagissent, à la maison comme au bureau. Un nouveau terme est apparu dans notre vocabulaire : données volumineuses. Il signifie que de grandes quantités de données de sources différentes sont rassemblées et utilisées. Un fait demeure certain : les sociétés informatiques ne peuvent répondre à ces exigences en évolution et satisfaire des individus de plus en plus férus d'informatique qu'à l'aide d'une infrastructure réseau fiable, intelligente et sécurisée. Exercer une veille sur le réseau représentera donc la clé d'une année 2012 couronnée de succès.

Eric Sèle, Vice-Président, Directeur General Europe du Sud, Centrale, Moyen Orient et Afrique, Ciena

A propos de l'auteur

Eric Sèle

Filtered HTML

Plain text

CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur :-)
 M   M  ZZZZZ  X   X   AA   V     V 
MM MM Z X X A A V V
M M M Z X AAAA V V
M M Z X X A A V V
M M ZZZZZ X X A A V