Ajouter un commentaire

Par :
Michel Azoulay

mar, 18/02/2014 - 17:49

Les Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi sont lancés et, comme vous avez pu le voir, France Télévisions permet à nouveau aux téléspectateurs de vivre les JO via une multitude de supports : en direct sur le téléviseur, mais aussi sur le net, via Twitter, Facebook, etc. Les téléspectateurs mobiles peuvent également télécharger des applications iPhone, Android et iPad pour suivre les événements en direct ou en différé, ou encore à la demande.

Les jeux se dérouleront jusqu'au 23 février, soit 10 jours ouvrables d'événements.  De nombreux événements sont diffusés pendant la journée grâce au faible décalage horaire avec la France. Comme il sera possible à tout employé de jeter un oeil sur les JO sur Internet ou sur les appareils mobiles de l'entreprise, il faut que les responsables informatiques des entreprises soient préparés à un assaut potentiel sur la bande passante du réseau. Les employés ne réalisent pas toujours l'impact qu'ils peuvent avoir sur les performances du réseau et ne comprennent pas comment regarder quelque chose d'aussi excitant qu'une finale de descente de ski ou un mass start de ski de fond peut avoir une incidence sur leur entreprise.

Le streaming vidéo peut être un gouffre en termes de  bande passante et peut occuper beaucoup plus de ressources réseau que n'importe quelle autre application. Dans le cas d'employés travaillant à distance, un seul collaborateur regardant en direct les JO depuis son PC est capable de bloquer tout un réseau. Et il suffit d'une poignée de spectateurs dans les entreprises pour  ralentir le réseau à un point où les clients auront des difficultés à accéder au site Web de la société et où l'on peut voir se dégrader la qualité des outils de télécommunications sur Internet (comme Skype).

Ce problème a été aggravé par l'afflux des appareils mobiles personnels dans l'entreprise, qui piochent aussi dans la bande passante du réseau sans fil, lequel dispose généralement d'une bande passante plus limitée que le réseau Ethernet fixe.

La seule façon d'analyser ce trafic et d'être en mesure de rediriger ou ajouter plus de capacité est d'avoir une visibilité totale sur le réseau. Voici quelques «bonnes pratiques» qui peuvent transformer cette situation en succès :

Remettez à plat votre réseau AVANT d'avoir besoin d' "allouer" de la bande passante. Si vous connaissez la bande passante moyenne utilisée sur votre réseau,  vous êtes dans une meilleure position pour définir la procédure de qualité de service (QoS) afin de garantir la bande passante pour les applications critiques. Surtout, ne vous contentez pas de connaître simplement la bande passante "moyenne" nécessaire - faites une moyenne sur plusieurs jours pour voir l'utilisation par heure, et examinez attentivement si votre activité subit des pointes (les applications utilisées risquent d'être les premières impactées si votre réseau est saturé).

• Comme il est probable qu'une grande partie de la navigation sur le Web ne soit pas liée à l'activité de l'entreprise et qu'elle sera effectuées sur les appareils BYOD, qui sont presque universellement sans fil, pensez à isoler votre réseau sans fil de votre réseau critique, et envisager de mettre des limites à la bande passante externe à ce réseau.

Surveillez de près votre réseau, et recherchez pro-activement tout indicateur de problèmes. Des outils de visibilité du réseau de haute résolution sont indispensables pour vous assurer que vous allez détecter les problèmes avant qu'ils n'affectent votre entreprise.

• Supposons que vous rencontrez des problèmes et que vous prévoyez de mettre sur pied les options au fur et à mesure que les problèmes arrivent. Si votre document de référence est déjà prêt avec toutes les options définies pour faire face à ces problèmes, il est probable que vous allez pouvoir contenir rapidement ces problèmes de bande passante.

A propos de l'auteur

Michel Azoulay
Directeur d'Endace France, division d'Emulex

Filtered HTML

Plain text

CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur :-)
 RRRR   III  W     W  K  K   SSS  
R R I W W K K S
RRRR I W W W KK SSS
R R I W W W K K S
R RR III W W K K SSSS