Ajouter un commentaire

Microsoft entreprend la construction d'un ordinateur quantique

Par:
fredericmazue

mar, 22/11/2016 - 15:12

Microsoft rejoint Google et IBM dans la recherche du Saint Graal de l'informatique actuelle : l'ordinateur quantique. C'est ainsi que Microsoft qui finance de la recherche dans ce domaine depuis 2005, passe à la pratique pour construire son ordinateur quantique, rapporte le New York Times. Microsoft indique croire dans le fonctionnement de ces machines et en leur applications pratiques qui pourraient un jour révolutionner la conception de médicament ou l'intelligence artificielle, pour ne citer que cela.

Pour cet ordinateur quantique, Microsoft emprunte un chemin différent de celui de ses concurrents Google et IBM. Le géant de Redmond veut construire son premier Qubit avec des particules connues sont le nom de anyons. Il s'agit de particules que les physiciens décrivent comme existant dans deux dimensions seulement. Ces particules seraient les briques de construction d'un superordinateur exploitant leurs propriétés physiques peu ordinaires.

Une fois le premier Qubit ainsi obtenu, nous aurons une feuille de route pour en obtenir des milliers de manière directe, souligne Todd Holmdahl, le directeur de ce projet.

Des milliers de Qubits...

Au fait qu'est-ce donc qu'un Qubits ? Le New York Times indique qu'il s'agit d'un bit différent des bits de nos ordinateurs classiques qui ne connaissent, eux, que deux états : 0 ou 1. Le New York Times indique qu'un Qubit peut avoir les deux états superposés et raccourcit un peu les choses en disant qu'un Qubit peut être à 0 et à 1 en même temps.

Les choses sont un peu plus complexes, c'est vraiment le cas de le dire. En effet, cette superposition d'états est une superposition non pas comme nous la comprenons intuitivement - deux choses l'une sur l'autre - mais comme une superposition au sens quantique du terme :-) Dans un qubit la superposition de ces deux états est décrite par une combinaison linéaire des états :

a * |0> + b |1>

où a et b sont deux nombres complexes tels que a au carré plus b au carré égale 1.

Lorsqu'on lit un qubit, on récupère soit 0 soit 1, mais avec les carrés des valeurs absolues de a et b comme probabilités d'état :-) Dans nos bon vieux microprocesseurs à la papa Cro-Magnon, lorsqu'on lit un bit, on est sûr de son état et de ce qu'on lit : 0 ou 1. En informatique, on obtient une probabilité d'état... Ou probabilité modifiée qui plus est :-)

Car pour agrémenter encore un peu les choses, il faut savoir que la lecture du qubit modifie son état - le fige, ou le projette dans l'état mesuré - en vertu d'une loi de la mécanique quantique qui veut que l'observation influe sur le système observé. Ce qui implique qu'un qubit ne peut être dupliqué, puisque pour ce faire, il faudrait le lire, donc le modifier :-) Mais par contre il peut être téléporté au sens de téléportation quantique du terme :-)

Ceci étant et aussi sous réserve de développer des algorithmes pour les exploiter, ces bits "à infinités d'états" ouvrent des perspectives vertigineuses : la capacité d'un ordinateur quantique double chaque fois qu'on lui adjoint un qubit. Les scientifiques experts en la matière estiment qu'un ordinateur quantique de 300 qubits serait capable de simuler l'univers. Alors quand Microsoft évoque des milliers de qubits, cela dépasse tout imagination.

Un article de Programmez! 181 vous fait découvrir les fondements de l'informatique quantique.

Filtered HTML

Plain text

CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur :-)
 RRRR   N   N   QQQ    III  X   X 
R R NN N Q Q I X X
RRRR N N N Q Q I X
R R N NN Q QQ I X X
R RR N N QQQQ III X X
Q