IBM FRANCE

Les environnements informatiques sont fondamentalement hétérogènes par nature d’abord parce que les capteurs et sources d’...

Lire la suite

La Commission Européenne condamne Facebook à 110 millions d'euros d'amende pour informations faussées

Par:
fredericmazue

ven, 19/05/2017 - 15:26

La loi des séries est une loi redoutable. Même pour les géants de l'Internet. Cette semaine, c'est Facebook qui en sait quelque chose.

Après une condamnation en début de semaine à 150 000 euros d'amende par la CNIL pour multiples manquement à la vie privée, la Commission Européenne vient de condamner le réseau social à 110 millions d'euros d'amendes.

L'affaire remonte à début 2014. Facebook acquiert alors WhatsApp pour 16 milliards de dollars. Comme cela se passe toujours lors de ce type de transactions, les gendarmes de la concurrence, dont la Commission Européenne, ont enquêté. Notamment Bruxelles s'est inquiété d'un éventuel croisement de données entre Facebook et WhatsApp. Facebook rassure alors la Commission Européenne en assurant ne pas être en mesure d'associer automatiquement et de manière fiable les comptes d'utilisateur des deux sociétés. 

Mais en 2016, WhatsApp a modifié sa politique de confidentialité et permis la liaison entre les numéros de téléphone des utilisateurs et l’identité de ceux de Facebook. Ce qui n'a pas échappé à la Commission Européenne qui s'est estimée trompée.

L'affaire a trouvé sa conclusion hier : Facebook a reconnu ses torts et paiera une amende de 110 millions d'euros

« La décision d'aujourd'hui envoie un signal fort aux entreprises, montrant qu'elles doivent respecter tous les aspects du règlement de l'UE sur les concentrations, y compris l'obligation de fournir des informations exactes », a commenté la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Facebook a donc reconnu son erreur, mais assure que cela n'était pas intentionnel, par la voix de l'un de ses porte-paroles : L'erreur que nous avons faite dans les documents fournis en 2014 n'était pas intentionnelle et la Commission a confirmé que cela n'a pas eu d'impact sur le résultat de l'examen de la fusion. L'annonce d'aujourd'hui clôt l'affaire.